Alain Raîche, directeur général de la Caisse Desjardins Pierre-Le Gardeur

Émilie Gervais et Laurie Leduc-Grenier

Alain Raîche, directeur général de la Caisse Desjardins Pierre-Le Gardeur - Émilie Gervais et Laurie Leduc-Grenier

Enfance et jeunesse

Issu d’une famille rurale et fils de cultivateur, Alain Raîche, originaire de St-Aimé de Massueville, était déjà captivé par le monde des institutions financières dès son plus jeune âge. C’est pourquoi, après ses études primaires et secondaires, il a fait son cégep en deux ans dans un programme général pour ensuite se spécialiser à l’Université de Sherbrooke en administration des affaires, option finances.

En commençant ses études, il ne savait pas encore exactement ce qu’il voulait devenir plus tard, mais il avait déjà un penchant prononcé pour les mathématiques et aimait être en relation avec les gens. À l’époque, ses orienteurs lui ont suggéré de poursuivre ses études en travail social ou en droit, mais l’intérêt pour les mathématiques l’a emporté et Alain s’est de plus en plus intéressé aux banques, malgré sa méconnaissance de ce milieu. Résultat : après avoir terminé son baccalauréat en 1978 à l’Université de Sherbrooke, il est engagé par les Caisses Desjardins. Huit ans plus tard, il devient directeur général de la Caisse populaire Desjardins de L’Épiphanie. À partir de ce moment-là, il est voué à une belle et longue carrière.

Carrière prestigieuse dans le mouvement Desjardins

Il vaut la peine de mentionner la place actuelle de M. Raîche au sein des Caisses Desjardins et ailleurs.

Comme directeur général de la Caisse Desjardins Pierre–Le Gardeur, il a un volume d’affaires sous gestion de 4,5 milliards de dollars. De plus, il est membre du comité exécutif de Desjardins Entreprises Lanaudière, membre du conseil régional Lanaudière, il siège au conseil d’administration de la Fédération des Caisses Desjardins du Québec, de Capital Desjardins et de Fiducie Desjardins. Il est aussi membre de la commission Vie coopérative et liaison avec le réseau. Il siège comme observateur à la commission Vérification et Inspection de la Fédération. En tout trente-sept ans d’expérience au sein du Mouvement Desjardins dont plus de trente ans à titre de gestionnaire. (1)

Vous vous demandez à quoi ressemble une journée dans la vie d’un directeur général? Nous lui avons posé la question. Tout d’abord, il gère environ 200 employés, ce qui lui demande un grand sens de l’organisation, car il tient à rencontrer des membres de son personnel une fois par mois pour s’assurer du bon fonctionnement de l’entreprise. Ensuite, en plus d’administrer plusieurs dossiers, c’est lui qui a le dernier mot dans la plupart des décisions et c’est lui encore la personne ressource lorsqu’un employé n’a pas de réponse à la question d’un client. Bref, son travail demande beaucoup d’énergie puisqu’il doit gérer jusqu’à six succursales à la fois.

L’emploi de M. Raîche comporte plusieurs avantages et inconvénients. Son travail n’est pas du tout routinier puisqu’il touche à toutes les facettes de la finance, ce qui est agréable. Par contre, il doit faire de nombreuses heures supplémentaires, car il porte la Caisse sur ses épaules et ses activités sociales l’occupent beaucoup en dehors de ses heures de bureau.

Attachement à la ville de L’Assomption

Dès que cet homme d’exception emménage à L’Assomption, il développe un attachement envers cette ville. Selon lui, ce lien d’affection est créé par tout ce qu’on retrouve dans la municipalité, notamment les services disponibles comme les écoles, la salle de spectacles, le Quartier des Arts et tout un éventail d’activités. De plus, il apprécie le fait que L’Assomption possède un côté urbain dans un paysage agricole.

Lorsqu’on demande à Alain Raîche de quelle manière il redonne à la communauté, il nous répond que c’est en faisant tout en son pouvoir pour que son travail soit efficace et en s’assurant que la Caisse Desjardins soit reconnue et mise en valeur à L’Assomption. D’ailleurs, cet homme investit beaucoup de son temps auprès des habitants de cette ville qui lui reconnaissent une grande ténacité, un sens des responsabilités et une volonté de mener à terme ses projets. Par exemple, il s’est impliqué de façon considérable lors du regroupement des Caisses populaires de la région, un projet important pour lui. On peut donc dire que lorsque M. Raîche est attaché à un projet, il y consacre toute son énergie!

Implications diverses

Quant à son implication à L’Assomption, M. Raîche tient à s’engager de différentes manières puisqu’à titre de directeur général, il est souvent sollicité. En effet, à titre de bénévole il participe chaque année depuis 2003 à l’organisation d’un souper d’huîtres au profit des églises de L’Assomption. Il y tient et travaille fort pour assurer le bon déroulement de cette activité de financement. De plus, il participe à l’occasion à une activité de la Maison La Trace, un organisme offrant soutien et amitié afin de briser l’isolement de certaines personnes de la communauté.

Des récompenses?

Un homme d’envergure comme Alain Raîche a probablement déjà reçu quelques mentions d’excellence. Lorsqu’on le questionne à ce sujet, le directeur général de la Caisse Desjardins Pierre-Le Gardeur le confirme, mais il explique que ce n’est pas ce qui compte le plus à ses yeux : « J’ai trop de choses à faire pour chercher à faire reconnaitre le travail que je fais. » Au fond, Alain Raîche préfère redonner à la communauté locale plutôt que se faire honorer en tant que directeur. On espère donc que notre citoyen d’exception, M. Alain Raîche, sera reconnu pour son dévouement par tous les résidents de la ville de L’Assomption.

(1) Voir le site du 300e de la ville de L’Assomption, Les Ambassadeurs.