Julie Boudreau, l’horticultrice, une citoyenne engagée

Élodie Morin, Christine Locas Et Jannick Bélanger

Julie Boudreau, l’horticultrice, une citoyenne engagée - Élodie Morin, Christine Locas Et Jannick Bélanger


C’est par amour des plantes et le mouvement « Peace and Love » que Julie Boudreau est devenue horticultrice en 1990. Toutefois, elle excelle dans plusieurs domaines. Elle a aussi été rédactrice en chef web dans un magazine potager Fleurs, Plantes et Jardins pendant trois ans. Il est assez surprenant de voir que Julie a deux traits de personnalité très distincts qui sont le travail sur le terrain très physique et le travail sur le web plus intellectuel.

La naissance d’une passion

Madame Boudreau a réalisé son amour pour les plantes lorsque sa mère lui a offert une boîte avec plusieurs articles en lien avec les plantes. Un peu plus tard, elle y trouve un gros livre qui en parlait. Il y avait même des feuilles de plantes collées à l’intérieur. Découverte importante ! Jeune encore, sa curiosité la poussait à en savoir plus sur les espèces végétales et c’est ce qui l’a poussée dans le domaine. Elle nous a d’ailleurs expliqué qu’être journaliste était autrefois assez ardu. La technologie ne lui facilitait pas la tâche ! Un jour, elle voulait écrire un article juste pour le plaisir et le donner au rédacteur en chef de Fleur, Plantes et Jardins. Il l’a accepté. Ce fut le début d’une deuxième grande carrière !

Quoi qu’il en soit, elle a toujours œuvré avec des plantes, de près ou de loin ! Il est clair d’ailleurs que Julie Boudreau est une femme passionnée par ce qu’elle fait : « Moi je ne serais pas capable de me rappeler ce que j’ai mangé hier, mais je suis capable de nommer trois milles plantes sans problème! »

Pour Julie, les plantes n’ont plus de secret

Pour l’horticultrice, les plantes n’ont plus de secret, elle peut les reconnaître par simples descriptions sans même les voir, comme elle le faisait, au temps où elle travaillait pour le magazine Fleurs, Plantes et Jardins et dans le but d’aider les auditeurs avec leurs végétaux à la radio CKC.

Julie est capable de nommer les plantes dans toutes les langues, même en latin ! C’est vraiment impressionnant surtout quand on prend conscience de la quantité phénoménale de plantes au Québec ! Madame Boudreau a d’ailleurs sa petite collection personnelle de plantes chez elle ! Elle nous a confié qu’elle aime bien s’occuper des plantes devant sa maison durant l’été. Comme le travail est assez difficile et qu’il demande beaucoup de soin pendant des températures peu propices, elle se contente maintenant d’œuvrer seulement avec ses propres plantes. Pas étonnant que sa maison soit la plus belle de sa rue!

Après le journalisme, la rédaction de livres pour la jeunesse

Cette amatrice de littérature n’a pas cessé d’écrire après avoir arrêté le journalisme ; elle a rédigé plusieurs livres pour enfants. Comme elle est mère d’une jeune fille, elle voulait aider les enfants à en savoir davantage sur les plantes.

Les livres de Julie ont gagné des prix littéraires! Vous avez sûrement entendu parler de la collection des Juju, que ce soit Juju mon premier potager ou bien Juju ma balade en forêt ! Il faut dire que l’auteure a gardé son cœur d’enfant. Il est facile de deviner dans ses yeux pétillants une belle joie de vivre. On la sent vraiment fière de son travail !

Une citoyenne engagée

La jeune femme n’a que récemment emménagé à L’Assomption, mais elle s’y est tout de suite sentie à sa place, car elle aime l’ambiance chaleureuse qui émane de la ville. Selon Julie Boudreau, la ville de L’Assomption a une grande influence sur l’individu qu’elle devient : « Parfois, tu rentres dans un endroit, et tu ne sais pas pourquoi, mais cet endroit-là t’habite… il y a quelque chose qui circule. » Elle commence à connaître beaucoup de monde à L’Assomption et comme il y règne un esprit de petit village, elle aime participer à son développement. Elle apprécie par exemple le fait qu’il y ait une grande place pour la nature dans la ville et que le tout soit joli, ce qui n’est pas forcément le cas ailleurs dans la région : « La ville de L’Assomption n’est pas comme les autres municipalités du Québec, elle se démarque. » La jeune femme est d’ailleurs très active en politique; elle participe aux débats écologiques qui touchent de près ou de loin la société ! En ce moment, elle travaille à un formidable projet pour le 300e anniversaire de L’Assomption. En effet, elle conçoit et rédige avec une petite équipe le livre L’Assomption maudit que t’es belle.

C’est remarquable d’observer une citoyenne qui se donne à cœur joie pour sa ville !