Samuel Blais, virtuose de la relève jazz

Kevin Laguerre, Haroun Razine Bellifa, Alexandre Pelletier

Samuel Blais, virtuose de la relève jazz - Kevin Laguerre, Haroun Razine Bellifa, Alexandre Pelletier

La jeunesse de Samuel Blais

Samuel a vu le jour à l’hôpital Le Gardeur situé au cœur de la ville de Repentigny. Ses parents, Normand et Sylvie, sont natifs de Lanaudière. Samuel a vécu sous le toit de ses parents jusqu’à l’âge de 18 ans mais c’est à l’âge de neuf ans déjà qu’il a découvert sa passion pour la musique et en particulier pour l’instrument du saxophone. Évidemment, il est impossible d’atteindre un réel niveau artistique sans être guidé par un professeur. Grâce à ses parents, il a été pris en charge par des enseignants de musique privés durant la quasi-totalité de sa jeunesse. Un niveau d’excellence est à ce prix.

Scolarité de Samuel Blais

Ce musicien originaire de L’Assomption a suivi près de la majeure partie de son cours secondaire dans sa ville d’origine. Après avoir complété son parcours primaire à l’école Marguerite-Bourgeois puis à Saint-Louis, Samuel Blais a continué son cheminement scolaire au sein de l’école secondaire Paul-Arseneau, à l’exception de la quatrième secondaire à l’école secondaire Jean-Baptiste-Meilleur à Repentigny. S’il est revenu à Paul-Arseneau, c’est à cause de la concentration musicale. Sa passion pour la musique l’a par la suite orienté vers le Conservatoire de musique de Montréal en concentration musique classique pour ensuite continuer sa formation à l’Université McGill dans le programme de Jazz Performance.

Parcours professionnel

Le parcours académique de Samuel lui a ensuite permis de faire partie de plus de 150 groupes de divers styles musicaux tels que le jazz, la pop, la musique classique, la musique cubaine et le compas (un style de musique originaire d’Haïti). Ensuite, il a eu la chance de voyager un peu partout dans le monde grâce à ses talents musicaux en tant que saxophoniste. Il mentionne la France, la Belgique, le Mexique, la Chine, la Hongrie, l’Allemagne, l’Estonie et l’Italie. De plus, il a voyagé au Japon au cours de l’automne 2016.

Toutefois, même s’il adore les avantages de son statut de saxophoniste, Samuel trouve quand même des inconvénients à sa profession, car Il y a des périodes creuses où il ne joue pas à temps plein. C’est pourquoi il a décidé de devenir enseignant au Cégep régional de Lanaudière de Joliette ce qui lui permet de partager sa passion avec de futurs musiciens. Ainsi, depuis trois ans, il y enseigne le saxophone classique et le saxophone jazz. Cet engagement lui permet d’avoir une stabilité d’emploi liée à sa passion.

La recette de la réussite selon Samuel Blais

Les nombreuses qualités et traits de personnalité nécessaires à un saxophoniste professionnel sont présents chez Samuel.

D’abord, toute personne ayant comme objectif d’atteindre un haut seuil de succès doit au départ avoir une forte détermination avec la capacité de surmonter les échecs. La clé du succès est là! En d’autres mots, il faut toujours se montrer positif et faire preuve d’une ténacité sans faille sur le chemin de la réussite, Samuel est un exemple de cette approche, car il prétend que, dans son cas, c’est la persévérance qui l’a mené là où il est rendu aujourd’hui. Il mentionne aussi qu’il est important de travailler de manière constante. Il vaut donc mieux pratiquer tous les jours pendant deux heures que de temps en temps, quand ça lui tente, huit heures de suite. Et pour boucler la recette de la réussite selon Samuel, il faut posséder une passion brûlante pour le domaine dans lequel on veut exceller. C’est vraiment son cas! Ce saxophoniste a un amour fou pour la musique et c’est pourquoi il a réussi brillamment.

Samuel, fils de L’Assomption

Samuel Blais est devenu un des principaux virtuoses de la relève jazz au Québec! Sa ville d’origine est spécialement fière de lui, et lui-même aimerait que la culture musicale y soit encore plus présente.